Culture : Gigantesque ! Après Dallas, Singapour ou Toronto, le Festival des lanternes s’installe à Gaillac

Festival des Lanternes, fééries de chine / © Ville de Gaillac

60 jours de festival
Plus de 400 sculptures de lumière
180 représentations de l’Opéra du Sichuan

Un festival hors normes, mondialement célèbre présenté pour la première fois en Europe

Evénement inédit en Europe, le Festival des Lanternes « Fééries de Chine » sera présenté en exclusivité européenne à Gaillac (Tarn) du 1er décembre 2017 au 31 janvier 2018 dans le site historique classé du parc Foucaud.
Joyau de la culture traditionnelle chinoise, le festival issu de la dynastie Tang (618-907), est un spectacle époustouflant présentant des lanternes de plus de 15 m de haut, entièrement réalisées à la main et recouvertes de soie qui s’illuminent par magie à la nuit tombée.

Festival des Lanternes, fééries de chine / © Ville de Gaillac

Une ville de lumière éphémère

Chaque soir dès 18h, une ville de lumière va prendre vie au cœur du parc Foucaud et ses arbres millénaires et amener le visiteur dans l’univers des fééries de Chine.
36 tableaux et 100 sculptures lumineuses monumentales se révèlent au fil de la visite : scènes de vie traditionnelles, fééries et légendes chinoises, pagodes et temples, animaux fantastiques et forêts de pandas…mais aussi six tableaux animés dédiés à Gaillac et son vignoble transformés en sculptures lumineuses par les artisans chinois.

Festival des Lanternes, fééries de chine / © Ville de Gaillac

40 artisans chinois, 40 jours de montage

Le 15 octobre dernier ce sont 40 artisans chinois qui sont venus s’installer à Gaillac pour façonner et installer sur place la centaine de sculptures lumineuses. Un atelier de 1000 m² installé dans le parc permet aux soudeurs, métalliers et couturières de monter de toutes pièces cet événement hors normes.

Une construction hors norme, une technicité qui émerveille

Le plus jeune a 20 ans, le plus âgé 70…ils viennent du Sichuan, certains pratiquent l’art des lanternes chinois depuis plus de 20 ans

Portés par la tradition, ces artisans chinois expriment avec fierté tout l’art des lanternes chinoises.

Un chantier orchestré d’une main experte par Monsieur Li, chef d’équipe qui travaille dans le domaine depuis plus de 20 ans.

A quelques mètres de lui, son neveu, électricien, perpétue la tradition.

Dans l’atelier qui se transforme à une vitesse impressionnante, les pandas prennent vie, les temples sont soudés, la soie donne leur vie aux girafes, zèbres, poissons, arbres, fleurs de lotus qui vont rythmer la visite.

Soudeurs métalliers, couturières, électriciens et peintres designer s’affairent.

Monsieur Hou, peintre designer de 70 ans donne la touche finale pour exprimer tout l’art des lanternes, pose les ombres sur les ailes des grues, illumine l’œil des paon. Il veille à la mise en scène, voit le petit détail qui émerveillera le visiteur.

Un chantier, une identité, une famille et la découverte entre deux cultures

Hébergés au camping municipal, l’équipe chinoise oscille entre vie traditionnelle et découverte d’une autre culture. Dans la cuisine éphémère qui permet de nourrir les 40 ouvriers et superviseurs, les odeurs des épices du Sichuan rythment la journée. Une pause essentielle au bon déroulement du montage, la vie en communauté : une valeur qui fait aussi partie de l’histoire du festival.

Il y a ici des couples, des collègues de chantier de longue date, certains voyagent pour la première fois, d’autres ont traversé le monde pour créer ce festival.

L’aventure humaine donne vie au jumelage qui liera bientôt Zigong et Gaillac : les agents techniques municipaux amènent des salaisons de Lacaune, l’équipe projet organise un repas cassoulet le jour du repos hebdomadaire avec vins de Gaillac, la semaine suivante ce sera le plat typique du Sichuan et l’alcool de céréales…

Festival des Lanternes, fééries de chine / © Ville de Gaillac

Fascinante troupe de l’Opéra du Sichuan

Masques peints à la main, capes dorées, gestuelle fascinante : ils changent jusqu’à 30 fois de visage en un spectacle et subjuguent par leur magie ! Transformistes de visage, cracheurs de feu, kung fu, marché traditionnel chinois : vous êtes en Chine, dépaysement garanti !

Discipline célèbre de l’opéra du Sichuan, le maquillage et le transformisme de visage sont une forme d’art dramatique. Pendant le spectacle, les artistes portent des costumes et du maquillage multicolores. Au rythme de la musique, ils changent leur masque en une succession rapide de gestes de la main.

Seuls 100 artistes chinois pratiquent l’art de l’opéra du Sichuan, 6 seront à Gaillac pour 3 représentations par jour

Cet art fascinant est apparu dans l’opéra du Sichuan pendant le règne de l’empereur Qianlong de la dynastie Qing. Le changement de visage et de couleurs reflètent l’humeur, avec le rouge représentant la colère et le noir, l’extrême fureur. Les artistes peuvent alterner 10 masques en 20 secondes.
On dit que les artistes changent parfois la couleur du visage grâce à leur respiration…personne ne sait comment ils parviennent à changer leur maquillage avec autant de précision et dans un si court laps de temps…
Technique secrète, détenue par des artistes ayant hérité de cet art et titulaires de certificats délivrés par l’opéra du Sichuan, le tranformisme de visage n’est pratiqué que par une centaine de personnes en Chine…Cet art est reconnu comme trésor national.
Le spectacle de la troupe du Sichuan, à mi-chemin entre performance scénique et spectacle de rue, se produira trois fois par soirée dans l’hémicycle des anciennes écuries du château Foucaud.
Il associera les transformistes de visage, cracheurs de feu et démonstrations de kung fu.

Tous les soirs, 6 artistes de l’opéra du Sichuan enchanteront les visiteurs. Ils arriveront à Gaillac le 28 novembre prochain…

Festival des Lanternes, fééries de chine / © Ville de Gaillac

Marché traditionnel artisanal chinois

Le marché artisanal de Zigong s’installe dans le parc.
Durant tout le festival, 6 artisans chinois créent en direct sculptures sur pierre, peintures traditionnelles chinoises, bijoux en perles d’eau douce, porte-bonheurs en tissus, Sculptures de l’ombre et créations en découpage.
A quelques mètres de là, un grand marché de Noël vient souligner les deux cultures : vignerons de Gaillac, restaurants traditionnels éphémères, produits du terroir tarnais valorisent le patrimoine local auprès de milliers de visiteurs attendus.

Un tiers du parc dédié au patrimoine tarnais et aux vins de Gaillac

Dans le jardin à la française et à l’anglaise, le haut du parc est dédié aux thématiques chinoises traditionnelles : augures, dragons, portes, temples, forets de fleurs, grues en vol….la seconde partie du parc a été co-designée par la ville de Gaillac et les designers chinois, elle valorise les vins de Gaillac et le patrimoine bâti de la ville : gabarre sur le Tarn transportant le vin de Gaillac, abbatiale Saint Michel, berceau des moines vignerons, vin exquis de Gaillac qui fait le tour du monde… L’amitié franco chinoise et les liens entre Gaillac et Zigong rejaillissent sur le festival. L’art traditionnel chinois a ouvert sa richesse à la culture Française.

Le 1er décembre la ville de lumière ouvre les portes du Sichuan

  • + DE 5000 AMPOULES LED
  • UNE REPRODUCTION DU TEMPLE DU CIEL DE PEKIN DE PLUS DE 6 TONNES
  • UNE PORTE D’ENTREE TRADITIONNELLE ANIMEE DE PLUS DE 3 TONNES
  • + DE 60 000 FIOLES MEDICINALES COMPOSENT LES 4 CHIMERES DRAGONS

Evènement d’envergure nationale, co-organisé par la Ville de Gaillac, Zigong Lantern Culture Industry Group, et la ville de Zigong, le Festival des lanternes  a reçu le soutien des instances gouvernementales chinoises et de plus de 40 partenaires institutionnels et privés français. Zigong, ville jumelée avec Gaillac, est à l’origine du festival chinois des lanternes qui a, par la suite, été adopté à Pékin, Hong Kong et Shanghai. Ville historique et culturelle, Zigong est appelée en Chine « la Ville des lanternes ».

Une histoire, Gaillac et la Chine

Gaillac, ville attractive entre vignoble et bastides

A mi-chemin entre Toulouse et la cité épiscopale d’Albi, patrimoine mondial de l’Unesco, Gaillac est la troisième ville du Tarn au cœur d’une agglomération de 70 000 habitants et de la région Occitanie Pyrénées-Méditerranées qui compte 7,7 millions d’habitants.
Cité millénaire, cœur de vignoble, Gaillac est une ville d’art dont la riche histoire est intimement liée au vignoble, le plus ancien de France, célèbre pour ses vins du coq. Le vignoble aux sept vins d’appellation d’origine, dont un labellisé « vendanges tardives » font référence sur les tables françaises et  dans le monde.
Pays du vignoble et des bastides, les paysages Gaillacois attirent de nombreux visiteurs qui apprécient la douceur de vivre de celle que l’on appelle « la petite toscane » avec ses ruelles médiévales, ses édifices de briques, son patrimoine et ses places typiques d’une ville du sud.
Ville attractive, Gaillac accueille chaque année plus de 100 000 visiteurs lors des nombreux festivals d’envergure nationale, expositions et événements culturels et sportifs.
Jumelée avec Caspe, en Aragon et Santa Maria a Vico au sud de l’Italie, Gaillac construit son jumelage avec la Ville de Zigong dans la province du Sichuan. Elle développe de nombreuses coopérations avec la Chine et recevra en juin 2018 une exposition inédite du Musée d’art de Pékin dans l’enceinte de son château musée des beaux-arts, patrimoine classé aux monuments historiques. En décembre et janvier, le Festival International des lanternes est présenté à Gaillac en avant-première européenne.

Une coopération sino-gaillacoise qui grandit…

C’est par le biais d’une coopération culturelle entre le musées de beaux-arts de Gaillac et le Musée d’art de Pékin que l’histoire entre Gaillac et la Chine a commencé à s’écrire…quoique, pas vraiment puisqu’au XIXè siècle déjà, Antoine Gaubil (Gaillac 1689-Pékin 1759), astronome et historien né à Gaillac, mort à Pékin établissait les liens entre les deux pays. Antoine Gaubil Grand savant, missionnaire jésuite du XVIIIe siècle Le Père Antoine Gaubil appartient à une riche famille de consuls qui donne le jour à plusieurs prêtres ou religieux. En 1704, après des études à Toulouse, Antoine Gaubil entre dans la Compagnie de Jésus. On le retrouve au Puy, à Tournon, Cahors, Rodez, La Flèche, et Paris où il s’initie à l’astronomie. Après une solide préparation en littérature et en mathématiques, il est envoyé en Chine par le roi Louis XV en 1721 « aux fins de perfectionner les sciences et les arts par les observations qu’il était chargé d’y recueillir et de communiquer aux savants français, en particulier à l’Académie des sciences fondée en 1666 ». Il arrive à Pékin en 1723 en ayant appris le chinois et le mandchou. Il gagne la confiance des empereurs Young Tcheng et Kien Loung dont il devient l’interprète officiel pendant trente ans auprès des Russes. Il réalise d’innombrables observations astronomiques et publie notamment un Traité historique et critique de l’astronomie chinoise en 1732. Très intéressé par l’histoire et la littérature chinoises, il écrit une Histoire de Gengis Khan (Paris, 1739), un Traité de la chronologie chinoise publié en 1814, après sa mort, … Gaubil est élu membre correspondant de l’Académie des sciences et de l’Académie des inscriptions de Paris, membre de l’Académie impériale de Saint-Pétersbourg, membre associé de l’Académie royale de Londres.

C’est dans le cadre de son jumelage avec la ville de Zigong dans la province du Sichuan que Gaillac a engagé de nouvelles relations : la ville a participé au Tournoi International de Football junior de Meishan, la communauté d’agglomération a tenu le pavillon français au salon agro-alimentaire Anufood. Le Festival des lanternes, né à Zigong, a naturellement fait sa première représentation en Europe à Gaillac, sa ville jumelle.

Un festival soutenu par 40 partenaires publics et privés

La partie chinoise a investi plus de 700 000 euros dans la production et la fabrication du festival, la ville de Gaillac a quant à elle mobilisé un budget de près de 730 000 euros financé à 70% par le partenariat privé. La ville mobilise un autofinancement de 80 000 euros.

Festival des Lanternes, fééries de chine / © Ville de Gaillac

Informations pratiques

Festival des Lanternes, fééries de chine / © Ville de GaillacDu vendredi 1 décembre 2017 au mercredi 31 janvier 2018 
Tous les jours de 18h00 à 23h00
Tarifs : 13 à 18 € / Gratuit – 10 ans
festivaldeslanternes@ville-gaillac.fr

Site Internet
Facebook
Youtube

Source : Dossier de presse de la Ville de Gaillac
Photos : © DR – Ville de Gaillac

Une réflexion au sujet de « Culture : Gigantesque ! Après Dallas, Singapour ou Toronto, le Festival des lanternes s’installe à Gaillac »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de répondre à la question suivante : *