Tribune libre : Le changement des rythmes scolaires à Lisle sur Tarn

Groupe scolaire Bellevue - Lisle sur Tarn / © Cécile DuvalDans la commune de Lisle sur Tarn, la municipalité a choisi d’appliquer la réforme des rythmes scolaires dès la rentrée 2013. Un consensus entre la municipalité, les enseignants et les représentants des parents d’élèves a été voté sur le regroupement de 2 fois 1h30 de Temps d’Activités Périscolaires (TAP) le mardi et le vendredi après-midi.

Sur les 348 enfants scolarisés dans les écoles publiques, 69 % des familles en élémentaire et 74% des familles en maternelle ont répondu au questionnaire sur le changement des rythmes scolaires. Il en ressort que :

  • La majorité des parents sont satisfaits des activités proposées ainsi que de leur diversité (16 activités proposées en élémentaire).
  • La gestion de la mise en place par le personnel municipal est saluée.
  • En élémentaire, 72% des enfants sont contents de trouver un groupe différent.
  • Par contre, 65% des enfants sont plus fatigués que l’année passée et ce, dès le mercredi. Mais ils sont également 68 % à s’être faits aux changements.
  • Une bonne part des parents sont mécontents du retour du mercredi travaillé.

Les enseignants, pensent quant à eux, que les enfants font trop de collectivité dans la semaine  Ils les trouvent fatigués et très excités le jeudi après-midi.

  • En maternelle, cette loi a des limites qui touchent le rythme et la structuration de la journée des enfants. Si 70% des enfants ont fini par s’adapter à la nouvelle organisation, 63% des enfants sont plus fatigués à partir du mardi et ce chiffre se porte à 80% pour les moyennes/grandes sections. La difficulté d’application de cette réforme réside dans le maintien des heures de sieste pour les enfants.
    Aussi, même si la municipalité a voulu organiser leur TAP dans l’enceinte même de leur école maternelle, les enfants subissent la journée, ont du mal à repérer leur adulte référent et font des confusions entre l’école et les TAP, les maîtresses et personnels de mairie comme le mentionne les institutrices et la directrice de l’école maternelle. Les parents eux, disent que leurs enfants ne semblent pas gênés par le changement d’intervenant.
  • Il semblerait que les enfants, malgré la fatigue observée, soient ravis de participer à ces activités, d’apprendre autrement et de retrouver des enfants qui ne sont pas de leur classe. N’est-il pas là l’essentiel ?
  • Même si, dans cette commune, la majorité semble s’être faite à ces nouveaux rythmes, il n’en demeure pas moins que la gratuité des TAP reste un point incontournable et indispensable à la pérennité de cette réforme et de l’identité de l’école publique accessible à tous, tous les parents en témoignent.
    Selon le Maire, Mr Jean TKACZUK, pour cette première année, la commune de Lisle sur Tarn qui bénéficie d’une aide gouvernementale substantielle par enfant, pourra en bénéficier l’année prochaine (2014/2015). Quid des années suivantes ? L’état continuera-t-il d’intervenir ?
  • On peut également noter, fait unique dans le département, que les enfants du privé et du public se retrouvent pour les TAP. Ce qui permet de mutualiser les moyens des deux institutions pour rationaliser le nombre d’intervenants sur la commune, et assurer ainsi, une offre plus qualitative que quantitative.

Certes, des améliorations restent encore à apporter concernant notamment, la pérennité des contrats de travail des intervenants afin de les « fidéliser » (ou de pouvoir trouver un moyen de les remplacer lors d’une absence), ainsi que pour les modalités d’inscription des enfants aux TAP. Mais L’équipe municipale a produit un travail d’une grande qualité et assuré une mise en oeuvre, sans filet, extrêmement aboutie, dès cette première édition.

Elle devra redoubler d’efforts pour pérenniser, dans les années à venir, une offre aussi riche, diversifiée, utile et gratuite.

Mais déjà, de nouvelles pistes de réflexions sont à l’étude, rassemblant équipe municipale et parents. Il semblerait que, pour cette commune, l’heure ne soit plus à la remise en question, pour l’école élémentaire, mais à l’optimisation.

Par contre, une réflexion plus poussée, tant au niveau gouvernemental que communal, semble indispensable concernant le cadre et le bénéfice de cette réforme sur le rythme des enfants de l’école maternelle.

Les Représentants des Parents d’Elèves des écoles publiques à Lisle sur Tarn

Photo : © Cécile Duval

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de répondre à la question suivante : *