Culture : 14ème édition du Mois du film documentaire

Le Mois du film documentaire 2013Le réseau culturel français se mobilise pour faire découvrir le documentaire de création : du 1er au 30 novembre 2013, un programme riche et foisonnant de projections et rencontres est proposé à travers toute la France, les Dom-Tom et dans le monde.

Le Mois du film documentaire rassemble près de 1 800 structures qui organisent des projections : médiathèques, salles de cinéma, associations, musées, centres culturels, écoles, universités. Des foyers ruraux, hôpitaux, prisons et différents lieux sociaux, participent pour permettre aux publics souvent exclus de l’offre culturelle de découvrir les films. Dans le monde, une quarantaine de pays sont de la partie avec les centres culturels et Alliances françaises.

Près de 300 programmes thématiques sont élaborés sur des sujets politiques, sociaux, artistiques, philosophiques, et des rétrospectives. Au total 3 000 séances de 1 700 films sont proposées au public : oeuvres récentes, films de patrimoine, avant-premières, de production française ou étrangère… Ces films rendent compte d’une grande diversité de formes et de regards. Ce qui les relie, c’est la créativité de leurs auteurs et leur désir de partager des questionnements sur le monde.

La manifestation est également l’occasion de très nombreuses rencontres avec des réalisateurs et intervenants. Les projections sont souvent accompagnées de débats, expositions, colloques, ateliers, concerts, etc.

Le Mois du film documentaire réunit un public chaque année plus important : 148 000 spectateurs l’an passé, habitués et néophytes. Des séances pour les jeunes publics, sont organisées et accompagnées d’animations (ateliers, spectacle, etc.).

Au menu également, la 2ème édition du Mois du webdoc : une sélection de webdocumentaires visibles en ligne. Cette section parallèle permet d’explorer comment des auteurs s’emparent de ce nouveau genre pour imaginer des formes et des écritures originales.

Le Mois du film documentaire : Les enjeux de la diffusion du film documentaire

Pourquoi une manifestation nationale et internationale en faveur du documentaire de création ?

Si le documentaire a su trouver depuis quelques années une place certaine dans les salles de cinéma, une grande majorité de films reste peu visible sur les écrans et méconnue du public.

La diffusion des films documentaires s’appuie souvent sur des actions menées localement par des structures culturelles : médiathèques, associations, centres culturels. Ces structures jouent un rôle important pour la visibilité de ces oeuvres. Nombreux sont les films dont le parcours s’imbrique entre exploitation commerciale en salle de cinéma et diffusion non commerciale dans ces lieux culturels.

Les médiathèques, à travers leurs collections et leur activité, permettent une visibilité sur la durée à grand nombre de ces films. Implantées sur tous les territoires, des grandes et petites villes aux territoires les plus ruraux, elles proposent des films en prêt ou en visionnement sur place et organisent des projections collectives des oeuvres qui ne sont pas programmées dans les salles de cinéma. Souvent partenaires, salles de cinéma, médiathèques et associations construisent aussi des programmes communs pour favoriser la circulation des publics.

Le pari du Mois du film documentaire est de développer un réseau national pour la visibilité de ce genre. À travers la forte participation du réseau, la manifestation favorise les échanges interprofessionnels des acteurs de la diffusion culturelle et cinématographique. Ensemble, les participants mutualisent moyens et énergie afin de valoriser la richesse de la création, faire découvrir des oeuvres rares ou peu diffusées, proposer des moments de découverte collective pour susciter la curiosité du public, faciliter la rencontre avec les réalisateurs et intervenants, sensibiliser les jeunes publics à ce genre.

Le Mois du film documentaire, les grandes lignes de l’édition 2013

Près de 300 programmes thématiques à travers lesquels les films se font écho et apportent différents regards sur un sujet ou sur le travail d’un auteur. La richesse et l’originalité de ces programmes font la singularité de la manifestation.

Le Mois du film documentaire réunit des structures désireuses de montrer des films documentaires. Il s’agit d’une occasion unique pour proposer un programme singulier et convivial qui favorise l’échange avec les publics.

Films récents ou de patrimoine, films français ou étrangers, de cinéma, de télévision ou autoproduits, le Mois du film documentaire est le moment de montrer la grande diversité de la production, à travers les pays et les époques.

Cette année, parmi ces nombreux programmes thématiques, un focus est fait sur l’Afrique avec les oeuvres de cinéastes africains venus spécialement pour accompagner leurs films dans différentes régions et rencontrer le public.

Autre temps fort, une circulation de films autour du Bleecker Street Cinema, une salle new-yorkaise qui fut une véritable école d’un cinéma libre dans les années 60’ pour nombre de jeunes cinéastes.

Agnès Varda, Nicolas Philibert, Chris Marker, Frederick Wiseman… Plusieurs réalisateurs phares du cinéma documentaire sont à l’honneur de cette 14ème édition. Chacun à sa façon a été fondateur d’une manière de filmer le réel.

Nicolas Philibert sera à l’honneur à l’international et fera l’objet de nombreuses rétrospectives, dans les Instituts, Centres culturels, et Alliances françaises, des cinq continents.

Le cinéaste espagnol José Luis Guerin viendra de Barcelone pour une tournée nationale afin de présenter ses films qui n’ont quasiment jamais été montrés en-dehors de Paris lors de rétrospectives.

En parallèle de ces talents confirmés, une attention particulière est portée cette année sur les images amateurs. Plusieurs programmes invitent à découvrir avec curiosité les témoignages filmés d’anonymes et à s’intéresser à leur rapport au film dit ‘‘professionnel’’.

Une des grandes caractéristiques de la manifestation est l’importance des débats menés avec le public. De très nombreux réalisateurs et intervenants sillonneront la France à cette occasion pour participer aux rencontres.

Beaucoup de programmes thématiques seront l’occasion d’échanges citoyens sur des questions sociales, économiques et politiques. Les modes de vie et de consommation, la mondialisation, l’évolution de l’agriculture et du monde paysan, la solidarité internationale… sont autant de questions actuelles cruciales qui seront débattues lors des séances. Nombreux sont les films qui soulèvent des problèmes de fond et incitent les spectateurs à prendre part à la réflexion.

Les arts occupent aussi une place importante au sein de la programmation. Art contemporain, arts graphiques et arts plastiques, théâtre, musique, littérature, photographie, arts de la rue… Les programmes proposés autour de domaines ou pratiques artistiques sont l’occasion de faire découvrir des films et de proposer des événements parallèles : expositions, concerts, lectures, spectacles, ateliers…

Le Mois du webdoc 2ème édition

Pour la deuxième année consécutive, Images en bibliothèques organise en marge du Mois du film documentaire, le ‘‘Mois du webdoc’’.

Cette section parallèle propose des webdocumentaires de création visibles en ligne. Une invitation faite au public de partir à la découverte de ces formes nouvelles qui sont, sous nos yeux, en train de s’inventer…

Pour réaliser la sélection, Images en bibliothèques a sollicité Le Blog documentaire, revue en ligne dédiée au documentaire, certainement la plus pointue et la mieux renseignée en matière de création et production de webdocumentaires !

Images en bibliothèques et le Blog documentaire ont souhaité ponctuer ce Mois du webdoc d’événements live, pour explorer des formes de projection et de consultation collective et proposer des temps de rencontre.

Sélection française, 12 regards sur le monde

Le webdoc, les yeux grands ouverts sur le monde ! C’est le parti pris assumé et revendiqué par cette deuxième édition du Mois du webdoc : des regards décalés et engagés sur les réalités qui agitent nos sociétés contemporaines.

Révolution en Egypte, narcotrafic au Mexique, crise économique en Espagne… C’est un monde de fractures que nous rapportent dans leurs oeuvres les auteurs de webdocumentaires.

Des écritures nouvelles qui prennent aussi le temps de se pencher sur l’Histoire pour mieux se projeter vers l’avenir. Des stigmates de la guerre en Bosnie aux séquelles radioactives autour de Fukushima en passant par les bouleversements qui affectent la société chinoise, les webdocumentaires sélectionnés ici témoignent avec force des tumultes du monde moderne.

En Iran, en République Démocratique du Congo, en Israël ou en Palestine… 12 oeuvres interactives puisées dans les productions françaises récentes dressent le portrait des grandes mutations actuelles. Autant de territoires singuliers, et d’histoires particulières, qui nous regardent et nous posent question. La création documentaire sur le web s’affirme au fil des continents et, en s’emparant des grands débats qui animent ce début de siècle, concourt à la création d’une agora interactive et participative.

Le Mois du film documentaire sur le web

Source : Dossier de Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de répondre à la question suivante : *